Flo Jaouen

Morbihan / Bretagne

Parcours et démarche artistique

Je peins pour dire.

Mon besoin de peindre commence toujours par une vision assez précise de la scène.
La construction de ma toile se fait en plusieurs étapes.
Je cherche des photos de personnages sur internet qui correspondent le plus fidèlement à ma vision, tant au niveau de l’attitude que de l’expression qu’ils dégagent.
C’est une étape de mon travail que j’aime bien car j’ai l’impression de partir à l’aventure. Je ne sais jamais si je vais trouver ou non ce que je cherche et sur quoi je vais tomber. Il m’arrive de chercher pendant des jours et des jours.
Les personnages sont extraits d’environnements et d’éclairages différents. Ils n’ont au départ aucun lien entre eux et c’est exactement ce qui me plait : reconstituer une scène à partir de montages afin qu’elle paraisse vraisemblable même si tout est faux.
Lorsque j’ai trouvé les personnages qui me conviennent, je découpe, j’assemble, je joue avec les points de vue, la perspective, la taille, les lumières à l’aide d’un logiciel de retouche d’images.
Les écarts de vraisemblance participent à l’ambiance qui s’en dégage. Si je mettais moi-même des personnages en scène et que je les photographiais, je ne pourrais pas jouer avec ce petit effet de décalage qui m’intéresse.

La série intitulée Qu’est-ce qu’on attend ? est une série que j’ai commencée avant la période du covid. Elle reflète une prise de conscience personnelle sur le monde actuel qui, avec l’émergence du covid, n’a fait que se renforcer.

On peut lire mes toiles comme un simple huis clos et y voir une amusante scénette entre un enfant et un adulte. Mais c’est bien plus un état des lieux et une critique de notre société, plus particulièrement sur la place et le rôle qu'y tient l'enfant. En tant qu'adulte, quel imaginaire avons-nous à lui proposer ?

Je montre d’un côté l’inaction des adultes débordés, fatigués, voire tétanisés par le poids de la société et par leur lucidité face aux défis planétaires.
De l’autre, les enfants toujours en action, débordant d’énergie, de vitalité, curieux de tout et impatients d’apprendre et de s’amuser.
C’est ma lecture personnelle du monde actuel : Ce sont les jeunes, et même les très jeunes, qui se mobilisent, poussés par leur instinct de vie et un sentiment d’urgence et enjoignent les adultes, frileux, à agir.

Quand bien même je parle de sujets sérieux, j’essaie de les traiter avec dérision. Mon propos n’est surtout pas de tomber dans le pathos ou de pleurnicher. Les enfants ne sont ici jamais les victimes, bien au contraire ils sont combatifs et portent l’espoir de l’humanité.

Lieu de retrait des œuvres de l’artiste

Dans un centre d'art relais :