Gillian Genries

Hauts-de-Seine / Île-de-France

Parcours et démarche artistique

J’ai toujours vécu entouré d’objets. Je suis née dans une famille où on collectionne, glane, chine et conserve tout un tas de choses. Certains objets sont gardés et entassés pour être utilisés à des fins ultérieures, d’autres sont considérés comme des reliques appartenant à d’obscurs aïeuls que l’on pourrait potentiellement froisser si l’objet venait à être vendu, donné, repeint, etc. Je ne saurais pas dire ce que j’éprouve envers ces objets. C’est un mélange de fascination et de répulsion. Comme tout le monde, j’aime les belles choses mais jamais je n’ai pu m’approcher de ces choses couteuses ou rares car on croyait toujours que j’allais les casser.

Si je n’étais pas si jeune, j’aurais presque souhaité être un des personnages inventés par Georges Perec dans « Les choses ». Durant un bref instant, j’ai cru qu’il parlait de personnes que j’aurais pu côtoyer, d’un monde que je palpe encore et qui parfois me blesse quand je me prends les pieds quelque part, généralement dans une chaise, jamais à sa place.

Cette tension entre objets et espaces ne m’a plus quittée depuis. C’est devenu mon obsession. Cependant, ce n’est pas une chose que j’ai attaquée de front. Depuis ce jour, je n’ai plus jamais peint de scènes issues ou inspirées de mon domicile. En inventant l’autre ou sa vie, j’essaie de parler de moi sans pour autant rentrer dans le vif du sujet. Ces objets, j’ai décidé de les oublier, de m’en accommoder tout en repoussant l’inévitable. Jeter, ne pas jeter ? Donner, vendre, détruire ?

Ma démarche artistique tout entière découle de ce malheureux problème domestique qui d’une manière ou d’une autre m’empoisonnât la vie.

En réaction à cela, j’ai fini par devenir la peintre Ikéa.

C’est ainsi qu’on m’appelait au sein de l’atelier Alberola aux Beaux-Arts de Paris.

Depuis j’ai toujours été fasciné par le faux. L’idée selon laquelle l’intérieur où vit quelqu’un reflète son état d’esprit. Ou bien l’idée qu’à l’intérieur d’une pièce bien décorée on puisse trouver le bonheur. Cette propagande poussée à l’extrême par la société de consommation, la télévision, les réseaux sociaux, me fascine. Derrière ces images de papier glacé, ne réside rien, hormis une construction humaine savamment élaborée qui tente d’invoquer des sentiments humains reposant sur la projection de l’esprit. Mes tableaux sont teintés par cette analyse. Ils sont collages, construction d’aplat à qui on insuffle une vie artificielle comme à ces images de magazines qui font rêver.

J’ai fini par me créer un inventaire de formes et de motifs que je réutilise dans mes intérieurs qui relèvent plus d’un espace mental que d’un collage. Les bibliothèques, les lampes, les chaises…. Toutes se ressemblent et s’interchangent. Grâce aux aplats et à la couleur, je suis parvenue à contrôler un espace, celui de la toile. Les objets ou choses représentés avaient pour fonction de servir la composition du tableau.

Récemment diplômée et ressortissant d’une résidence au donjon de Vez (oise), mes objectifs ont évolué.

Lors de ma résidence de 2 mois, je m’en suis remise à la peinture sur motif, en plus de quelques expérimentations. J’ai peint de nombreuses interprétations de l’endroit, des pièces du donjon, de son extérieur. Le détail est un sujet qui m’intéresse beaucoup. Comme par exemple, le détail de cette porte en bois vieille de plus de deux siècles, inspirée du médiéval comme on se l’imaginait au 19 ème siècle dans sa version la plus romanesque. J’y ai découvert non loin dans le château de Pierrefonds des perspectives d’intérieur dépouillées aux lignes pures capables de redonner un peu de souffle à ma pratique. L’étude des perspectives médiévales comme apport hybride à ma pratique me permettra peut être d’ajouter des éléments déterminants à mon travail : une histoire, des racines et une filiation remontant un peu plus loin que Le Corbusier ou Mallet-Stevens dont l’architecture fédère mon travail et le nourrit.

Expositions et résidences passées

20-09-2021 - Marseille - Exposition personnelle
01-10-2021 - Vez (oise) - Exposition Résidence
02-01-2022 - Danube Palace Café, 12 rue de la solidarité, Paris 19e - Exposition personnelle

Lieu de retrait des œuvres de l’artiste

Dans son atelier

Œuvres de l'artiste