Description de l'œuvre

Classification : Sculpture, Techniques mixtes
Matériaux : céramique, émaillée
Dimensions : Petit / Portrait
Largeur (cm) : 21
Longueur (cm) : 32
Nombre d'exemplaires : Unique
Année de création : 2017

Ensemble de trois sculptures en céramique, les Home Stoups sont réalisés en faïence émaillée de blanc. Leur forme reprend celle des bénitiers de chevet ; petits bénitiers que les foyers catholiques disposaient à la tête des lits. Traditionnellement cloués au mur, afin de se bénir matin et soir, les bénitiers de chevet contenaient de l’eau bénite, accompagnés parfois de buis bénit ou d’un chapelet. La réutilisation de ces formes, ici détournées, invoque bien-sûr la pensée religieuse, et particulièrement le lien d’un objet symbolique (et d’un élément liquide) à son action positive sur la pensée du croyant – la bénédiction apporte la bienveillance divine. L’objet fait donc office d’intercesseur entre le monde immatériel, celui de la pensée, du divin, et le monde réel, palpable, perceptible. L’esthétique amateur des bénitiers de chevet, qui s’inscrit dans l’art populaire, a été ici reprise en renforçant l’aspect brut et naïf, et amenée dans un univers de loisir. « Activés » lorsqu’ils sont exposés, mes Home Stoups sont remplis, dans leur vasque, d’eau-de-vie (spirits en anglais), auxquels s’ajoutent de la menthe, du sucre, des glaçons. Un glissement s’effectue alors et nous sommes tiré hors du monde religieux — du moins en partie. L’alcool, en effet, est à la fois emprunt de sacré (transsubstantiation du Christ dans le vin de messe, production de liqueurs ou de bières par les abbayes) et de débauche, de rites païens, de fêtes. Il nous rend ivres : en agissant chimiquement sur l’esprit. À la différence de l’eau bénite qui agit, elle aussi, mais de manière symbolique. Les Home Stoups mêlent ainsi cultuel et culturel, spirituel et spiritueux, la liturgie chrétienne avec la consommation de psychotrope, dans un moment rituel contemporain : le vernissage, l’exposition.

À propos de l'artiste

Johann Bertrand Dhy propose un travail polymorphe explorant les frontières de la communication visuelle, la recherche de signes dans les formes, inspiré par la médiologie (Regis Debray, Jean Baudrillard) et le principe Zen d’information vide.

Puisant dans un imaginaire mêlant art brut, médiumnique, populaire et contemporain, il combine et joue avec différents langages visuels tout en menant une recherche esthétique personnelle.
Par des séries qui semblent développer à chaque fois leur logique propre, l’artiste questionne notre environnement graphique et visuel, notre rapport à l’image et aux signes, avec simplicité et humour, à travers différents médiums (dessin, peinture, céramique, gravure, etc.).

Son oeuvre, parfois teintée d’une esthétique primitive, nous invite à une exploration de nos habitudes de pensée les plus simples par une expérience sensible subjective.

Home Stoup (Rhum)

par Johann Bertrand-Dhy
667€