Description de l'œuvre

Classification : Sculpture
Matériaux : cire, d'abeille, papillon
Dimensions : Petit / Portrait
Hauteur (cm) : 5
Largeur (cm) : 2
Longueur (cm) : 5
Nombre d'exemplaires : Unique
Année de création : 2020

"Toucher ses ailes une dernière fois (papillon)" fait suite à l'installation "Toucher ses ailes une dernière fois" débutée en 2019 consistant en une véritable nuée d'abeilles embaumées dans l'empreinte de l'interstice des doigts de l'artiste en cire d'abeille.

À propos de l'artiste

J’ai rencontré mon matériau de prédilection, la cire d’abeille, en même temps que le bronze il y a presque 10 ans aux Beaux-Arts du Mans. Fascinée par la présence sensible de cette matière à la fois couleur, odeur, lumière, reliquat de paysage, j’en voulais au bronze de la « perdre ».
Je l’ai donc ajoutée à ma palette de matières-couleurs et c’est elle qui m’a ouvert la voie vers la liberté de la sculpture que je ne cessais d’effleurer en me souciant de l’origine et des affections des matières que j’employais pour peindre. Et de simple entremetteuse, la cire d’abeille est devenue le matériau essentiel de mon travail.
À son tour, elle rencontre des pierres, des tasseaux et autres rebuts de bois d’atelier, des sols et des murs. Ces dernières sont touchées par sa chaleur mais la cire d’abeille est entière et ne peut s’empêcher d’aimer en brûlant, au moins lors des premiers instants de la rencontre.
Son amour est sans limite et se fait peau pour attraper tout sur son passage, la poussière des pierres, les nœuds et pigments de la surface du bois, les restes de peinture d’un mur. Aussi je guette la mue. Ce précis et précieux instant où elle se laisse déshabiller sans se briser.
À force de chercher la peau du monde, j’ai rencontré la mienne.
Celle qui respire en touchant ou en étant touchée et s’émeut de l’hapticité des matières.
La peau est la première interface, le premier “écran”, entre l’être que nous sommes et le monde qui nous entoure, une barrière vulnérable théâtre de tous les conflits. C’est ce qui la rend à la fois forte, de candeur, d’exploration, et fragile, de vulnérabilité, de sensibilité. La cire d’abeille seule ou accompagnée par d’autres matériaux est devenue ma seconde peau, celle qui guérit la première, fond avant la brûlure, nourrit le bois, amortit les angles rugueux et saillants du marbre brisé, donne corps et odeur à ce qui n’en a pas ou plus, réchauffe la pierre.

Toucher ses ailes une dernière fois (papillon)

par Emma Bourgin
200€