Description de l'œuvre

Classification : Dessin
Matériaux : Papier, Encre
Dimensions : Large / Paysage
Largeur (cm) : 76
Longueur (cm) : 56
Nombre d'exemplaires : Unique
Année de création : 2016

Née de la compression de comic strip et cosmic trip, cette série de cinq dessins à l’encre de Chine se présente comme un écrasement de différentes narrations et un voyage entre la science et la fiction. Chacun des formats (760 x 560 mm) contient un ensemble de scènes dessinées et juxtaposées, mêlant des récits d’aventures à des représentations symboliques, des dispositifs scientifiques à des références occultes. Chaque groupes narratifs se condensent en formes géométriques (les cinq polyèdres réguliers de l’espace euclidien) flottant dans les ténèbres. Découpée dans ces cinq volumes, l’histoire s’étiole dans une suite de potentialités et de divagations. Elle se trouve au centre d’un bloc transparent dont les multiples facettes en donnent autant de versions différentes. Aussi le cheminement spéculatif du lecteur sera amené à son épuisement, tout comme la volonté de trouver du sens pour l’esprit rationnel. Le récit se détache en effet du déroulement classique attendu par la juxtaposition de cases dessinées, pour s’approcher des associations libres pratiquées en psychanalyse. Telles les gravures des alchimistes, les Cosmic Strips présentent une narration obscure, une énigme où les clés de compréhension ont été égarées. Elles communiquent ainsi moins leur véritable message qu’un sentiment d’hermétisme et de recherche, empruntant une voie alternative à la conscience et la logique. L’univers scientifique y est omniprésent, et toujours abordé non comme une discipline porteuse d’un savoir incontestable mais comme une histoire humaine (intellectuelle et physique). La science est ici une aventure où l’Homme compose avec les éléments, pour trouver un sens à son environnement, pour comprendre et maîtriser le monde. Elle se résume donc à une lecture, une intrigue, une suite d’épreuve à saisir et affronter. Ainsi science et fiction sont mises en équivalence, tout comme la logique et l’absurdité, le savoir et le doute, le clair et l’obscur, la géométrie et le chaos, la volonté de compréhension et l’échec de communication. — L'œuvre est photographiée ici sans cadre, mais elle est vendue encadrée (cadre en chêne). Crédit photo : G. Valton

À propos de l'artiste

Johann Bertrand Dhy propose un travail polymorphe explorant les frontières de la communication visuelle, la recherche de signes dans les formes, inspiré par la médiologie (Regis Debray, Jean Baudrillard) et le principe Zen d’information vide.

Puisant dans un imaginaire mêlant art brut, médiumnique, populaire et contemporain, il combine et joue avec différents langages visuels tout en menant une recherche esthétique personnelle.
Par des séries qui semblent développer à chaque fois leur logique propre, l’artiste questionne notre environnement graphique et visuel, notre rapport à l’image et aux signes, avec simplicité et humour, à travers différents médiums (dessin, peinture, céramique, gravure, etc.).

Son oeuvre, parfois teintée d’une esthétique primitive, nous invite à une exploration de nos habitudes de pensée les plus simples par une expérience sensible subjective.

Vol. 5 – Essence

par Johann Bertrand-Dhy
555€