Dernières acquisitions sur voar.fr

Si vous souhaitez soutenir les artistes de votre région et faire l'acquisition d'une ou plusieurs oeuvres, rendez-vous sur voar.fr. Vous pouvez aussi contacter l'équipe de VOAR à contact.voar@gmail.com.

Les ateliers de certain-es de ces artistes sont disponibles pour des visites privées d'ateliers. Pour en savoir plus sur notre service de visites privées d'ateliers d'artistes, contactez nous à contact.voar@gmail.com ou rendez-vous sur la page dédiée aux visites privées. Retrouvez la totalité des ateliers disponibles dans ce catalogue évolutif


Céline Azorin - x2 (vit et travaille en Normandie).  

Je suis illustratrice, auteure à l’occasion, graphiste, créatrice textile, touche-à-tout. Au gréé des rencontres, je mets mon univers visuel au service de l’édition, du spectacle vivant, de projets d’expositions, ou encore de la Communication visuelle, depuis 20 ans. Dans mes réalisations, j'aime passer d'un médium à l'autre et expérimenter : sérigraphie, couture, volumes, papiers découpés, photographie...


Emilie Breux (vit et travaille en Normandie). 

" La mine absurde, Emilie Breux associe des figures canoniques de l’histoire de l’art (natures mortes, sculptures antiques) à des formes naïves (smiley, dessin d’enfant) pour en offrir une lecture aussi humoristique qu’irrévérencieuse. Le contraste produit entre un travail de fond technique, sinon virtuose, et les manques au premier plan, en creux desquels apparaissent les figures pauvres, donne ici l’impression d’un acte vandale réalisé à l’aide d’un logiciel de retouche, qui déloge la peinture classique de son piédestal. Dans un même temps, l’utilisation du smiley confère également une certaine vitalité à la représentation initiale, en lui donnant l’occasion d’une nouvelle incarnation plus en phase avec le vocabulaire de l’époque. Symboles d’un nouveau langage, fait d’emojis, de pictogrammes et de logos, les titres des œuvres prennent enfin la forme d’émoticônes, accentuant ainsi la tension entre norme picturale et iconographie populaire " - Florian Gaité.


Yoko Carbonnel - x3 (vit et travaille en Normandie). 

Diplômé.e de l'ESAM Caen-Cherbourg en 2016, je pratique essentiellement la peinture et le dessin. Entre figuration et déformation, geste et signe, mon travail interroge la perception, le langage et le motif.


Thierry Farcy (vit et travaille en Normandie) 

" Dès le début de sa recherche plastique, le créateur s’est volontairement fixé des contraintes : limitation des couleurs à la richesse des nuances de gris et utilisation d’une figure redondante — la tête, partie différenciante et commune à tous. S’il déroge parfois à ces règles, l’auteur les considère comme des outils suffisants pour centrer son propos et développer sa pensée. C’est ainsi que se déploient, dans des teintes de gris, noir, ocre, des installations formant des accumulations de visages (identiques de loin, ayant des dissemblances de près), tantôt fragmentés, tantôt ensevelis ou encore facettés. Si une sculpture isolée sur un socle est propice à la contemplation et source d’évasion ; les installations de Thierry Farcy, quant à elles, provoquent une mise en mouvement de l’esprit du spectateur devant considérer l’œuvre, sa composition, son contexte d’implantation et génère une implication physique avec une pièce environnementale. Le plasticien navigue entre archéologie et biologie, souligne nos origines génétiquement proches ; une façon de nous redonner notre juste place sur cette terre et au sein de l’univers. Aux portes du transhumanisme, il est à penser que l’histoire que nous dessine Thierry Farcy à l’avenir soit révélatrice de nos désirs d’immortalité, d’intemporalité, une autre manière d’appréhender le changement : tenter de le maîtriser. " - Virginie Baro. 


Sarah Fouquet - x5 (vit et travaille en Normandie).

Dessinatrice et graphiste, je travaille principalement pour la presse, l'édition et les milieux institutionnels et associatifs. J'enseigne également l'image et l'édition dans le département design de l'école supérieur d'arts et médias de Caen/Cherbourg. Après un diplôme à l'École Nationale des Arts Décoratifs de Paris, j'ai été membre de la section artistique de la Casa de Velázquez à Madrid. En parallèle de mon travail d'illustration, j'ai développé un travail de dessin in situ, reportages graphiques donnant lieu à des éditions, et un travail en atelier. Entre dessin et peinture, les portraits de paysage que je réalise sont souvent le fruit d'une rencontre avec un lieu. Le plus souvent désertés, à mes yeux, ils ne sont pas pour autant désincarnés, je cherche les traces de l'histoire humaine sur chaque façade, dans le moindre graffiti ou fissures.


Jérôme Francois - x3 (vit et travaille en Normandie). 

Jérôme François est peintre, il fait partie de cette première génération pour qui il fut possible de regarder la télévision et des vidéos pendant 24 heures d'affilée en plus d'aller au cinéma, parfois plusieurs séances par jour! Il peint le Cinéma.Il peint des images qu'il choisit, connues ou moins connues, fixant ainsi le mouvement du cinéma, empêchant la fuite des images, retenant la mémoire de ces images. C'est en fait, aussi, un travail sur sa mémoire, mais aussi sur notre mémoire des images. Et puis si on ne reconnaît pas une image de film, ce n'est pas grave, c'est d'abord une peinture que l'on voit. Il fait des peintures qui sont des arrêts sur images comme autant de fragments de mémoire et autant d'impressions de «déjà vu» dans une immense intimité avec l'image. C'est un héritier du Pop Art et de la figuration narrative (dans Art Absolument spécial Figuration narrative selon le critique Philipe Piguet), c'est une peinture pop, post-pop et aussi une peinture conceptuelle !
 

Fleur Helluin (vit et travaille en Normandie)

" S’il n’y avait qu’un pas entre Hercule et RuPaul – célèbre drag queen américaine – il serait assurément franchi par Fleur Helluin. Formée aux Beaux-Arts de Caen et au programme Art et Technologie de l’Image de l’Université Paris 8, l’artiste oscille entre Berlin et la Normandie, entre la culture pop et les légendes mythologiques, entre les filtres instagram et le Quattrocento. Par exemple, c’est devant une reproduction d’un tableau de Giovanni Bellini qui trône fièrement dans son atelier qu’elle travaille ses peintures à la tempera. Autant d’antagonismes qui forgent l’expression pittoresque de son coup de pinceau. Portraitiste 2.0, Fleur Helluin construit un monde fantastique composé de visages difformes et de paysages imaginaires. Elle recourt à la distorsion pour traduire l’expression des passions, des souffrances et des jouissances du corps humain. Pourtant, l’humour noir de son trait anéantit la menace qui pourrait planer sur nos épaules à l’heure de la manipulation des gènes humains. La série offre à voir une distorsion plus envoûtante qu’effrayante, en somme. " - Sophie Bernal.
 

Barabara Henri (vit et travaille en Normandie)

Depuis plusieurs années Barbara Henri chine et archive papiers, photos, magazines et divers matériels dans le but de produire des créations hybrides, teintées d’onirisme cruel, prônant un travail de mémoire globale. Articulé autour de collages, son travail a rapidement évolué vers la micro édition et les installations afin de présenter ses archives de photographies glanés au cours des années. Marqueurs temps d’une époque, ces objets abandonnés puis sauvés de l’oubli interrogent tout autant qu’ils émeuvent. Les questions d’identité, la nostalgie, le rapport de l’humain à la société deviennent les thèmes récurrents de son travail. Poursuivant ses expérimentations papiers, la musique a toujours été présente dans sa démarche. C’est donc très naturellement qu’elle se tourne vers la réalisation de clips en stop motion.
 

Joël Hubaut - x9 (vit et travaille en Normandie). 

Depuis 1970, il active et dissémine son travail sur tous les terrains et revendique un art d’attitude. "Grossiste en art" comme il se nomme pour la parodie, ses travaux inter-média se sont développés autour du concept de l’épidémie et du mixage. Avec une grande liberté et beaucoup de dérision, Joël Hubaut entend critiquer un ordre moral fondé sur le nivellement, la manipulation des comportements et le contrôle des individus en plaçant la contamination au centre de sa réflexion sur l’art et la société.


Nicolas Lemercier (vit et travaille en Normandie). 

J'aime travailler sur tous types de supports et manipule avec dextérité différents médiums. Professionnel indépendant, mon style d'illustration et mon identité artistique s'inspirent tout droit de la culture visuelle actuelle. Outre des heures de formation dispensées dans de grandes écoles, Je suis aussi un artisan explorant toutes les techniques créatives, avec pour seule règle, de ne jamais m'enfermer dans un trait particulier. Sans cesse dans la recherche, mon objectif, au-delà de la création artistique, est d'apprendre, développer, tester, essayer... pour parvenir au meilleur des résultats.


Sarah Lévèque (vit et travaille en Normandie). 

Artiste plasticienne à l'expression variée : dessin, céramique, peinture, sérigraphie, je m'intéresse particulièrement aux différents aspects organiques du monde vivant. Mon travail tend à magnifier l'infiniment petit et ses multiples variations.
 

Leslie Lucas (vit et travaille en Normandie). 

Leslie Lucas est une artiste plusieurs fois diplômée de l'école Boulle en atelier sculpture, elle se consacre ensuite à la recherche picturale et aux procédés anciens au sein de l'atelier de Patrice de Pracontal, puis se forme à l'école Lesage pour maîtriser les techniques de la broderie haute couture. Fascinée par le travail de la mémoire, Leslie Lucas s'est longtemps inspirée de photographies anciennes pour transmettre sur la surface de la toile, les visages et les silhouettes oubliés. En 2017, la découverte de la broderie, a marqué un tournant dans son travail, complétant son expression, d'abord par transparence sur ses oeuvres peintes, puis les transperçant avec son aiguille et son fil, construisant de nouveaux liens mémoriels dans un geste ancestral et définitif (...) En 2019, une rencontre artistique avec Kiki Smith et la découverte de ces cyanotypes gravés ont provoqué en elle l'envie d'explorer les profondeurs de l'âme, instinctive, spirituelle, liée directement à la féminité et à la nature. 


Sonia Martins Mateus (vit et travaille en Normandie).

Dans son travail de recherche et dans sa pratique artistique, elle s'intéresse à l’histoire, à la mémoire, aux récits personnels et à la parenté. Liés à son histoire, elle emprunte et s’inspire des gestes issus de techniques artisanales et de bricolage et questionne ainsi les champs de la construction, entre archéologie et modernité, les notions d’habitat et du domestique. Sa pratique est hétérogène : Elle documente, discute sur des chantiers avec des ouvrier.e.s, photographie, dessine, tisse et sculpte. Son intuition l’a conduite à travailler avec et dans la matière, travaillant avec des surplus de matière, une matière qui rejette de la matière qui produit ainsi une matérialité de l’épaisseur du temps.


Oré (vit et travaille en Normandie). 

Après 10 ans d'activisme graffiti, il découvre lors de voyages au Mexique le mythique serpent à plumes précolombien, Quetzalcóatl, qui va devenir un élément central de son univers artistique. Tout en continuant à peindre de manière spontanée dans l'espace public, il réalise des fresques dans le cadre de commandes officielles, et expose ses œuvres en France ainsi qu'à l'étranger (Allemagne, Angleterre, Grèce, Espagne, Mexique, Nicaragua, Japon). Il est invité régulièrement pour des résidences ou des performances lors d'événements et de festivals d'art urbain. Artiste protéiforme, Oré explore, au delà de sa passion pour la mythologie maya et le Quetzalcóatl, tout type de thématique au travers de techniques très variées  (pochoir, aérosol à main levée, rouleau à la perche, collage). On peut voir son Quetzalcóatl taillé en bois, puis collé, sur les murs aux six coins de l'hexagone (Paris, Lille, Marseille, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Lyon...) et dans les rues de grandes métropoles étrangères (Athènes, Barcelone, Berlin, Bilbao, Bruxelles, Dublin, Hambourg, Londres, Mexico, Vancouver, Los Angeles, Rome, Tokyo).


Véronique Sablery (vit et travaille en Normandie). 

" Tout chez Véronique tend vers le diaphane et ses échos. Existent là des plans sans épaisseur mais en rien une platitude de l’image. Le réel donne encore le change : néanmoins il s'éloigne insensiblement avec légèreté en des mouvements d'éléments "en réponse". Vient jusqu’à nous une apparence de tranquillité comme arrive le soir à la pointe extrême du soupir des feuilles. Chaque image crée une pression à peine sensible. Rien ne se fait ou se défait. Tout est là, tout est loin. Que valent, dès lors, de tels échos puisqu'il paraît que les sentiments forts nient les écarts ? Toutefois, ici, la proximité est infranchissable et tout autant inépuisable. S'étreint une paix dans les territoires du non dit et l’éboulement des pensées. Véronique Sablery saisit le sens dissimulé sous le détail infime des empreintes. Elle veille sur une énigme dans un souci de la perfection. L'artiste parfois ravale la couleur, revient au noir et blanc. La tendresse reste intacte et vivante. Des monstres nocturnes qui peuvent assaillir, de telles images nous en délivrent. Le temps glisse et frémit. La plasticienne révèle des traces de la vie évoquée de la manière la plus discrète possible. Tout devient métaphore aussi sensuelle que métaphysique. " - Jean-Paul Gavard-Perret


Anya Tikhomirova (vit et travaille en Normandie). 

Après une carrière de comédienne, je me suis dirigée vers les arts plastiques. Je travaille principalement l’image et l’installation : photographie, vidéo, dessin, animation, volumes. Je reviens également aujourd’hui au théâtre, en conception et mise en scène « d’objets théâtraux » avec le Collectif DontAct’. J’aborde mon travail comme ma vie : en voyageuse, en exploratrice, en chercheuse. Mes travaux puisent dans la sphère publique, sociale, comme dans la sphère privée, intime, autobiographique : passer du document sensible, tourné vers le monde, à une réflexion plus introspective. Aujourd’hui ma pratique est très influencée par mon second pays, le Costa Rica, où je vis une partie de l’année : ma recherche s’articule autour de l’ambivalence qu’entretient l’homme avec le reste du vivant, avec l’ensemble de l’écosystème. Artiste transdisciplinaire, mon travail est éclectique mais le terrain que j’explore est toujours celui de la nature, du vivant et de son expérience. Essentiellement, ma démarche peut sans doute tenir dans cette pensée empruntée à l'écrivain-voyageur Sylvain Tesson: Fouiller l'anecdotique pour traquer l’universel.


Vincent Trefex - x2 (vit et travaille en Normandie). 

Artiste polymorphe. Initialement familier du dessin en noir et blanc par amour du détail, j'aime aborder différents supports et techniques, et des thématiques qui vont des influences pop jusqu'à des thèmes plus profonds comme l'expression de la liberté ou du mystère. Le dessin est la base de ma pratique. C'est à la fois mon instrument de compréhension du monde et ma façon d'agir dessus. Mon travail depuis quelques années s'inspire de la musique, de la joie, de la fête, de tout les moments de liberté primaires et instinctives qui nous permettent de conserver notre humanité. D'une certaine manière je tâche de donner vie à des idées, de les faire croitre, rencontrer leur public et exister. 

Les ateliers de certain-es de ces artistes sont disponibles pour des visites privées d'ateliers. Pour en savoir plus sur notre service de visites privées d'ateliers d'artistes, contactez-nous à contact.voar@gmail.com ou rendez-vous sur la page dédiée aux visites privées. Retrouvez la totalité des ateliers disponibles dans ce catalogue évolutif